Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Islam Kabylie : Cours, Sermons, et articles culturels sur l'islam dédiés aux berbérophones

Islam Kabylie : Cours, Sermons, et articles culturels sur l'islam dédiés aux berbérophones

Face à la recrudescence des sites à caractère islamophobe, je me suis lancé dans la création de ce blog afin de contribuer le plus possible à restituer la réalité du fait islamique à travers le monde. Aujourd'hui, l'islam et les musulmans sont en proie à des préjugés de plus en plus fort à mesure que l'actualité avance; mon but par le biais de ce blog est de rompre avec cette image et de mettre à la connaissance de tous, les sources musulmanes en toute objectivité.

Entre la vérité [Al Haqq] et le faux [Al Batil]

 

Haqq Batil

 

Sheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali – qu’Allah le préserve - (hafidhahou Allah)


Question :

Certes, qu’Allah prolonge votre bienfaisance,
[la question posée est] : Une personne demande : « je suis un homme qui se trouve dans une situation assez perplexe et confronté à deux positions, celle de faire le choix entre la voie de Sayyid Qutb et celle que suit Rabi’ Al Madkhali ? » Et quant il m’arrive, parfois, de demander conseil auprès d’autres savants, ils me disent : " empruntes la voie de Sayyid Qutb et étudies ses livres…" puis ils me mettent en garde contre Rabi’ Al Madkhali, que dois-je donc faire ?

Réponse :

C’est ainsi qu’Allah tabaraka oua ta’ala, lorsqu’Il à décidé d’une chose et souhaite qu’une chose s’accomplisse, que sur terre se réalise cette opposition [perpétuel] entre la vérité [Al Haqq] et le faux [Al Batil], entre les gens de bien et les gens calomnieux et entre les prédicateurs qui appellent au faux et les prédicateurs qui font [eux] triompher la vérité, entre les prédicateurs qui appellent à la Sounna et les prédicateurs qui appellent aux innovations et aux égarements…

A ce sujet, il ne peut pas y avoir de discorde entre deux personnes parmi ceux douées de raison !

Il ne s’agit pas ici de prendre pour exemple untel ou untel, mais plutôt de prendre en attention ce que dit l’un et ce que dit l’autre et ce que diffuse chacun des deux opposants [comme dires].

L’essentiel est que le croyant se tourne vers la vérité [Al Haqq], quelque soit la direction prise par cette dernière…que les orateurs appellent à cette vérité où qu’ils la taisent. Il doit être du côté de la vérité, il doit s’en servir comme un bouclier [une protection] pour lui-même. Si il [le croyant] s’en servir comme un bouclier [une protection], alors Allah lui fera vivre une bonne vie, une vie bénie, après sa mort et dans l’au-delà…plutôt ici-bas, après sa mort et dans l’au-delà.

Il est bien connu, auprès des étudiants avérés en sciences islamiques [toulâb al ‘Ilm], que les livres de Sayyid Qutb comportent de méprisables erreurs en rapport avec le "Habl" (câble) d'Allah tabaraka oua ta’ala, dans le domaine des Noms et Attributs [d’Allah] et en rapport avec le "Habl" (câble) des nobles messagers d’Allah, car il s’est [autorisé] à dire d’eux ce qui n’est pas admissible, notamment dans son interprétation de l’histoire de Moussa – prière et salut sur lui – et du fait qu’Allah a parlé à Moussa de vive voix.

Il a également commis d’autres erreurs envers les compagnons du Prophète – prière et salut sur lui – et notamment envers ‘Outhmân Ibn ‘Affân [Dhou An-Nourayn] – qu’Allah l’agrée -, celui à qui le Paradis lui a été promis de son vivant et dont le califat fut non seulement prospère mais aussi un véritable bienfait pour les gens dans leur vie ici-bas et dans l’au-delà.

Envers Mou’ayia Ibn Abî Soufiyân également, alors que le Prophète - Que la paix et la bénédiction d'Allah soient lui – l’avait désigné comme responsable du recueil de la révélation inspirée [al Wahyou] dans le but de l’écrire, et par ailleurs, il devint par la suite le meilleur commandeurs de l’Islam par son équité, sa loyauté et son succès.

Et envers ‘Amr Ibn Al ‘Ass, celui dont le Prophète - Que la paix et la bénédiction d'Allah soient lui – à dit de lui : « quel bienfait que les biens pieux pour l’homme pieux !» [Sahih – dans le Mousnad d’Ahmad (4/197)] et il (le Prophète) désigné par là ‘Amr Ibn Al ‘Ass.

Ceux-là, Sayyid Qutb s’en ait pris à eux ! Qu’il l’ait prémédité ou non…

Nous dirons que cela est été dû à son ignorance, c’est le [strict] minimum que l’on puisse lui attribuer comme bien. Certes, cela est été dû à son ignorance et c’est le [strict] minimum obligatoire que l’on puisse dire de lui sur cette intrigue et sur beaucoup d’autres [le concernant] et entre autre, la voie du takfir qu’il prône [déclarer hâtivement les gens mécréants].
Ceux qui rendent les gens mécréants aujourd’hui, s’appuis sur ses livres et je peux, à ce sujet, citer l’une de ces expressions dans laquelle il dit : « il est indispensable qu’un soulèvement [coup d’état] islamique se fasse d’un pôle à l’autre de la planète et qui ne laisserait aucun endroit de la planète » et et " le soulèvement (coup d’état)" savez-vous ce que cela sous-entend ? Cela n’a de conséquence que le désordre et la corruption…et le saccage de la culture et du bétail…et l’apparition de troubles [fitan] qui provoqueront par leur ampleur le blanchissement des cheveux des enfants, en autre les tueries et destruction d’édifices, et avant cela, la condamnation d’innocents [takfir] suivis d’explosions et autres troubles semblables à cela…

Voilà les erreurs commises par Sayyid Qutb ! Et où sont alors les erreurs commises par Rabi’ ?

Nous ne voulons embellir [le portrait] de personne, ni de Rabi’ ni de personne d’autre…cependant, Sheikh Rabi’ a étudié les livres relatifs à la Sounna, il les a assimilé et s’en ait imprégné autant qu’il a pu, il les a diffusés et s’est investi dans ce sens plus que quiconque …

Les gens victorieux [al insar], ceux-là attesteront de tout cela, parmi eux certains sont décédés et d’autres encore en vie…

Les commentaires de Sheikh Ibn Baz – qu’Allah lui fasse miséricorde – dans son éloge pour Sheikh Rabi’, sont écoutés et lus encore aujourd’hui. Et les paroles d’Ibn Al ‘Outhaymine dans son éloge pour Sheikh Rabi, quant il fut questionné à son propos, il dit : « une personne comme moi, on ne la questionne pas a propos de Sheikh Rabi’, c’est lui qu’il faut questionner à mon propos », le savantissime de son époque.

Et d’autres imams sunnites [appartenant à la Sounna] sont d’avis que Sheikh Rabi’ a apporté un savoir incontestable régit selon les fondements du Livre et de la Sounna. Il a également défendu sa position et ceci à la mesure du degré de science qu’il a pu acquérir.

Notre devoir [à nous] est de connaître la vérité [Al Haqq] et celui qui est sujet à la véracité mais aussi le faux et celui qui en est fautif afin d’éviter les livres des gens calomnieux et ceux des innovateurs pour étudier les livres sur lesquels se basent les gens de la Sounna, parmi les anciens et les contemporains et celui qui est décédé est donc rattaché à ce qu’il a pu transmettre auparavant…

Ce qui est recommandé, c’est de se montrer vigilant avec les propos rendus dés lors qu’ils sont faux [car] cela nuit et n’est pas profitable et qu’en définitive l’on puisse saisir la vérité [Al Haqq], que se soit auprès de personnes encore vivantes ou à partir de ce qui a été transmis dans les livres et qui se rattache à leur auteur…

Et nous implorons Allah afin qu’Il accorde Sa miséricorde aux musulmans et aux musulmanes ainsi qu’aux croyants et aux croyantes, d’entre ceux qui sont en vie et ceux qui sont décédés…

[Fin des paroles du Sheikh]



Source : www.salafiduroos.net - ahloulhadith.typepad.com

Réponse de Sheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali – hafidhahou Allah, durant une conférence donné sur Pal Talk " live duroos by sheikh al-madkhali ".
Traduction rapprochée : par Ibn Hamza Al Djazairy




Cet article provient du site Al Ghourabaa :
http://alghourabaa.free.fr/

 

 

Tiré du site : http://alghourabaa.free.fr

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article