Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Islam Kabylie : Cours, Sermons, et articles culturels sur l'islam dédiés aux berbérophones

Islam Kabylie : Cours, Sermons, et articles culturels sur l'islam dédiés aux berbérophones

Face à la recrudescence des sites à caractère islamophobe, je me suis lancé dans la création de ce blog afin de contribuer le plus possible à restituer la réalité du fait islamique à travers le monde. Aujourd'hui, l'islam et les musulmans sont en proie à des préjugés de plus en plus fort à mesure que l'actualité avance; mon but par le biais de ce blog est de rompre avec cette image et de mettre à la connaissance de tous, les sources musulmanes en toute objectivité.

J'étais chrétien : Le cheminement d'un jeune Kabyle

Prise de conscience, réveil, ressourcement ; tels sont les caractéristiques de ce témoignage apporté par un jeune musulman algérien Zouaoui (kabyle) qui constitue une interpellation à toutes les consciences nationales de différents niveaux. Ce témoignage retrace le cheminement d'un jeune algérien parmi tant d'autres qui s'exposent aux différents défis à caractère idéologique et aux différents plans visant à les déraciner et à les éloigner de leur culture et de leur religion. Parmi ces défis, figure celui de l'évangélisation concentrée notamment dans la région de Djurdjura (Kabylie) et appuyée par de nombreux centres d'évangélisation en Europe (la France en particulier) et aux Etat Unis.

Ce livre représente l'épreuve vécue par un jeune musulman, détourné de sa religion par des prétendus prêcheurs qui exploitent la situation dramatique de l'Algérie, avec ce que cela entraîne comme vide spirituel et culturel, dans lequel se trouvent les jeunes algériens, pour leur inculquer une idée erronée selon laquelle « le salut » et « la tranquillité de l'âme » ne peuvent être trouvés que dans le Christianisme.

En conséquence, l'islam, la religion de nos ancêtres, n'est perçu par ces évangélisateurs que : «comme une doctrine de Satan», ou : «comme un mauvais arbre qui donne de mauvais fruits. Le fruit de l'Islam c'est : le terrorisme, le crime, et la violence» (P. 13).

Le réveil de ce jeune musulman kabyle l'a poussé à reconsidérer les différentes convictions

chrétiennes reçues, grâce à son esprit rationnel et à son Islam, qualifié par Marcel Boisard, dans son livre « L'humanisme de l'islam », comme : « la religion de la certitude et de l'équilibre ».

En effet, à l'époque de la mondialisation et du dialogue des cultures et des civilisations, il n'est plus permis d'exploiter, au nom d'une religion quelconque, la pauvreté des hommes, le besoin des individus, leurs maladies, leur ignorance... pour leur imposer une idéologie ou une religion autre que la leur.

Afin que le Christianisme demeure fidèle à sa mission initiale, qui est sensée être celle de l'Amour, de la tolérance, du pardon et de l'adoration de Dieu, il ne doit pas devenir « une menace contre laquelle tout musulman est appelé à faire face » (P. 7), selon l'expression de notre jeune auteur. Les disciples du Christianisme doivent alors adopter une autre approche fondée sur la rationalité et le savoir afin de pouvoir contribuer à une véritable recherche de la vérité divine.

Ce livre constitue alors le témoignage d'une expérience psychologique et rationnelle. L'auteur a su, grâce à sa clairvoyance, à sa foi, et au réveil de sa conscience, se libérer des contraintes à la fois sociales et matérielles pour retrouver sa véritable religion qui est l'islam.

 

Extraits choisis

<< Oh ! chrétiens, je ne doute pas de votre sincérité dans votre amour de Dieu, de la lumière que vous voyez dans les paroles de Jésus (P.S.L), et l'extase fraternelle que vous vivez ensemble. Je frappe la porte de votre coeur et laissez-moi vous confier mon histoire que je vous conterais avec fidélité. Ne vous précipitez pas pour me juger, mais commencer d'abord par me comprendre.

Laissez donc de coté vos préjugés, et ensemble, cherchons la vérité en toute objectivité et

demandons à Dieu de nous guider vers elle. Car « quiconque demande, disait Jésus (P.S.L), reçoit, celui qui cherche trouve, et l'on ouvrira à celui qui frappe ».

Je vous raconte mon témoignage peut-être qu'il vous sera bénéfique, Inchaâ Allah. Et je sais que je ne suis pas le seul à avoir vécu cette expérience, et beaucoup de chrétiens se reconnaîtront dans ce témoignage.>> P. 5

<< C'était avant le coucher du soleil, en marchant, il me parla de sa vie et du changement que
Jésus avait opéré en lui. Il m'expliqua comment, autrefois, il vivait dans les ténèbres et le péché,
et comment Jésus le sauva, le ramena à la lumière, à la paix et à la joie. C'était à partir de ce
moment là que la machine de l'endoctrinement commençait à faire son effet sur moi. Bien sûr,
lui il croyait que c'était le saint-esprit qui l'aidait et le soutenait dans le prêche : Je ne savais pas
que plus en s'enfonçait dans les ténèbres de la nuit, je m'enfonçais dans les ténèbres du
christianisme !.>> P. 6

<< C'est de cette manière que j'ai subi cette manoeuvre. En marchant en pleine nuit, je ne
distinguais plus le visage du prêcheur, je n'entendais que des paroles magiques et douces comme le
miel. Je ne comprenais pas ce qui arrivait en moi, je ne savais si je devais avoir peur ou être rassuré.
Je m'interrogeais en mon fort intérieur : « qui est cet homme ? à qui ai-je l'honneur : à un diable ou à un
ange ? » P. 8

<< Ce qui caractérise particulièrement la doctrine chrétienne est l'impact qu'elle a sur la
personne chrétienne. Ce dernier est très renfermé sur sa foi. Je me souviens que je vivais
presque un absentéisme total dans la vie familiale ou sociale, j'étais bien plus lié à mes frères
chrétiens qu'à ma famille. La bible était pour moi comme le sein d'une mère pour un bébé. Moi
qui aimait la lecture, qui manifestais un grand intérêt pour la recherche et la science, tout cela était
devenu pour moi sans grande importance, parce que la bible disait que "la sagesse du monde est
une folie pour Dieu". Tous ce qui appartient à ce monde est éphémère et il est voué à disparaître,
"vanité des vanités, disait l'ecclésiaste, tout est vanité" (ecc 1.V2). Un autre élément qui attire et
séduit les gens au christianisme, et constitue parfois même la principale cause de la conversion
pour beaucoup d'entre eux : c'est la question des "miracles", car dans l'évangile de Marc, et c'est
d'ailleurs l'unique évangéliste qui rapporte ce passage (Marc 16.VI7.20), Jésus donna le pouvoir à
ses disciples de chasser les démons, de saisir des serpents, de guérir des malades, de parler de
nouvelles langues, et même selon des passages du nouveau testament ils peuvent ressusciter des
morts ! ! Les chrétiens utilisent beaucoup ces moyens dans leurs prêche pour séduire les gens,
c'est un appât efficace qui fait mordre à l'hameçon.>> P. 10

<< C'était au cours de mes lectures que je rencontrais parfois des versets ou des passages que j'avais du mal à saisir, ou plus exactement, à coordonner. Ils avaient causé un trouble dans mon coeur. J'en cite quelques exemples :
- Jésus est mort pour tous les péchés, donc tous les péchés sont pardonnes. Comment se faitil
que celui qui pèche ou blasphème contre le Saint-Esprit est coupable d'un péché éternel ?!
(Marc :3 V.29), et il n'est point pardonné ?!(Mat : 12(v31.32).
- Dans ce même passage Jésus (P.S.L) insiste sur le fait que tout blasphème contre Jésus est
pardonné, mais pas contre le Saint-Esprit, pourquoi donc cette différence entre les personnes de la trinité, alors qu'elles sont toutes égales ?!
- Je n'arrivais pas à admettre comment Jésus (P.S.L) "Qui est Dieu" ne sait pas quand aura
lieu l'heure, mais le père seul le sait ! n'est ce pas que Dieu est omniscient (Mat :24 V.36).
- Un homme demanda à Jésus : « Bon maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? Avant que Jésus (P.S.L) ne lui dise ce qu'il devrait faire, il lui fit cette remarque : "pourquoi m'appelles-tu: bon ? personne n 'est bon, si ce n 'est ' Dieu seul" » (Marc : 10V17.12).
Jésus (P.S.L) déclare que c'est Dieu seul qui est bon. Donc Jésus certifie qu'il ne fait aucunement partie de la divinité ! !
- Jésus criait sur la croix avant de mourir : « mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » (Marc 15:V.34). Selon ma foi, "Jésus (P.S.L) est Dieu", pourquoi appelait-il alors "mon Dieu" ?! Un Dieu a t-il un Dieu ?! et puis comment criait-il à Dieu qui l'avait abandonné, alors qu'il est lui-même Dieu ?!
- Cela m'étonnait de trouver dans la bible, la parole de Dieu, des passages ou des mots entre
crochets: [...], comme l'exemple de (Me :16V. 9-20), ce qui est pire c'est les paroles du
commentateur en bas de la page (selon la bible : « Nouvelle Version Second Révisée »), on lit : « X les versets 9-20 se trouvent dans plusieurs manuscrits mais manquent dans d'autres. Certains
manuscrits secondaires ont à la place, ou en plus, une finale différente » ; est-ce cela la parole de
Dieu ?!>> P. 11-12

<<Au début, je n'avais pas fait attention à ce genre d'anomalies, je me disais que le problème est
dans ma mauvaise compréhension des écritures et puis comme disent les chrétiens, le Saint-Esprit me les fera certainement comprendre !
Etant sincère dans mon engagement, je ne pouvais pas me permettre de douter de ma foi et de
mon livre sacré, même si ce genre de versets me ramenait le doute. Je croyais que c'était Satan qui tentait de me faire fléchir. En effet, Jésus \P.S.L) fut aussi tenté par Satan par le biais des écritures (Mt :4.V1-11). Alors, j'invoquais le nom de Jésus pour le chasser hors de moi, car le doute est l'ennemi de la foi. Je retrouvais souvent la paix dans mon coeur, mais à un moment donné, je renouais avec le doute. C'était comme un brouillard qui couvre et cache tout, -et qui une fois passé, la réalité surgit et se montre, c'était ainsi que je chassais le doute, le temps s'écoulait, les anomalies faisaient surface. « Chasser le naturel, il revient au galop ».
Cela me ramena beaucoup de tristesse avec le temps, la situation devenait insupportable.
J'avoue que j'avais beaucoup souffert, le doute s'emparait peu à peu de moi, il était devenu pour
moi une réalité à laquelle je devais faire face.
Ma foi commençait à être ébranlée, mon coeur tirait la sonnette d'alarme ! Le Dieu que
j'adorais, le livre que je lisais étaient remis en cause. Je ne pouvais pas le confesser à mes frères,
étant donné que c'était moi-même qui rassurais ceux qui doutaient ! Et pourtant, un jour, j'avais
essayé de le faire. Je me souviens, en téléphonant à un frère chrétien, je lui disais que ça
n'allait pas bien en moi, il me conseilla de me repentir et de revenir aux commandements du
Maître (Jésus P.S.L), je lui répondis que je n'avais pas de problème avec le commandement, mais
mon problème était plutôt « le Maître » lui-même !
Combien de fois je" m'étais agenouillé, priant, pleurant et suppliant "Jésus" de m'aider à m'en
sortir de cette crise et de m'éclairer. Je n'étais jamais prêt à abandonner ma foi, j'étais tenace, quoi qu'il en était, j'aimais Jésus, ce n'était pas facile de l'abandonner après tout ce que j'avais vécu. Un chrétien sincère comprend bien cela !
Ce qui augmentait mon inquiétude, c'était l'existence de plusieurs bibles différentes les unes
des autres, ce qui fait également plusieurs sectes. Je me demandais si je possédais la bonne bible,
le véritable message de Dieu, et si aussi j'étais dans la bonne secte !
De jour en jour, je me retrouvais très solitaire à l'intérieur de moi-même, le trouble et le
chagrin étaient ma compagnie, je souffrais beaucoup en silence, ce furent les moments les plus
difficiles de ma vie. Bref c'était : « la chute ».>> P. 12-13

<< Je ne pouvais plus supporter davantage, cela me dépassait, je me disais alors qu'il était temps
de faire face à la réalité et de l'accepter telle qu'elle était. Je devais faire quelque chose je me
disais que je n'avais pas le choix : soit j'étais sur le chemin de la vérité, soit j'étais sur la voie de
l'égarement et je devais me repentir et cesser de me mentir à moi-même et aux autres. En tout état de cause, les deux cas restaient à vérifier.
J'avais réuni tout ce qui parlait et expliquait la bible, surtout la trinité. Mais cela n'avait
presque pas apporté quelque chose de nouveau à mes connaissances, et n'avait pas apaisé mon
trouble. Et d'un autre coté, je pris tout ce qui apportait une critique à la bible, je lus deux fois le
fameux livre de Maurice Bucaille : "la bible, le Coran et la science", je lus aussi les livres de
Ahmed Deedat tel que : "la bible est-elle la parole de Dieu?", "Jésus est-il Dieu?"... Aussi, un
livre de Ibn Qayim Djouzia : "la guidance des perplexes, les juifs et les chrétiens", et un livre dont
je ne me rappelle pas l'auteur, intitulé : "Hommage à la gloire de Dieu".
J'avoue qu'à la lecture de ces livres, mon choc fut plus grand, et mon angoisse fut plus
profonde parce que je tenais toujours à ma foi, qui était devenue très fragile. Grâce à ces livres, je
pris connaissance dS beaucoup d'erreurs et de contradiction dans la bible, elles étaient indiscutables et irrévocables. Je cite ici une série de référence dont je ne fais pas le commentaire, et je laisse le soin au lecteur de vérifier :
1°) Ainsi furent achevés le ciel, la terre et toute leur armée -2- le septième jour toute l'oeuvre que
Dieu avait faite était achevée, et il se reposa au septième jour de toute l'oeuvre qu'il avait faite.
-3-Dieu bénit le septième jour et le sanctifia, car en ce jour Dieu s'était reposé de toute
l'oeuvre qu'il avait créé [Gn 2 V (1-3)].
2°) Alors l'Eternel dit : Mon Esprit ne restera pas toujours dans l'homme, car celui-ci n'est que
chair et ses jour s seront de 120 ans [Gn 6 V(3)] .
Ce qui contredit [Gn 11 V (10-26)] où il cite que l'homme vit plus de 120 ans.
3°) L'Etemel vit que la méchanceté de l'homme était grande sur la terre, et que chaque jour ne
concevait que des pensées mauvaises. L'Eternel regretta d'avoir fait l'homme sur la terre, et son
coeur fut affligé. [Gn 6 (5-6)]. [...]>> P. 13-14

<<Vous ne pouvez pas imaginer la grande souffrance que j'avais enduré après la découverte de
ces anomalies dans la bible. C'était très dur pour moi d'accepter. Ma déception fut grande. Ma foi
était remise en cause. Finalement, durant trois ans je faisais fausse piste, et mon espérance était
vaine. Moi qui croyais être sur la cime, je réalisais que j'étais dans l'abîme. Moi qui croyais détenir la vérité voilà que ce n'était qu'un mensonge préfabriqué ou un message originel falsifié par des esprits et des mains malsaines qui n'avaient pour seul objectif: tromper les hommes et les détourner de la vérité.
Je me sentais couler à pic comme un bateau dans la mer, et je m'effondrais comme les deux
bâtiments du World Trade Center après les attentats du 11 septembre. Je n'exagère pas, je vous
assure. Je me disais comme Job, que Dieu me pardonne, : « Périsse le jour où je suis né ». Sans la grâce de Dieu, j'aurai déraillé. En marchant souvent seul dans la rue, je me posais une question
presque comme un fou : « Qui est Dieu, et qui est Satan ?! ». C'était l'amalgame. En tout cas,
j'avais la certitude que la bible était falsifiée et que la vérité était ailleurs.>> P.17

<<Je ne désespérais pas dans mes recherches. C'est là que j'entamais mes recherches sur l'Islam. Comme je vous l'ai déjà dit, j'avais des connaissances superficielles sur cette religion, surtout à ma conversion au christianisme, j'avais une haine terrible envers l'Islam et son prophète (P.S.L). Je me souviens, même rien qu'à entendre ce mot : "Islam", je voyais un rideau noir sur fond noir. J'avais beaucoup de préjugés sur cette religion, surtout que la réalité que vivait particulièrement notre pays venait me confirmer mes jugements.
Bref, « c'est une religion qui, comme disent les chrétiens, a de mauvais fruits parce que c'est un
mauvais arbre ». Voulant vérifier cette règle, j'entamais la lecture du Saint Coran. Quand tu as mal à la dent, tu consultes évidement un dentiste non pas un ophtalmologue ou autre ! ! Donc pour connaître l'Islam, je suis allé directement à la source : le Coran, et je laissais de côté mes préjugés. Déjà, rien qu'à l'exigence de la propreté de la personne qui veut lire le Coran faisait de ce livre une distinction par rapport aux autres livres du monde entier.
Je lisais et relisais le Saint Coran, et en même temps je consultais fréquemment la bibliothèque de
notre lycée qui était un peu riche en matière d'ouvrages qui expliquaient l'Islam. Ce fut une grande
découverte pour moi.
Ce que je découvris, au premier lieu, était le vrai sens de l'expression "Allahou Akbar", i.e "Allah est grand". Allah est grand plus que tout, plus que ce que disent les juifs et les chrétiens, et plus qu'une personne peut imaginer. On a dans le Coran la parfaite description d'Allah, un Dieu qui est digne de ce nom. Il est unique, indivisible, incomparable, et nul ne lui est égal comme nous le dit la sourate de la foi pure (El Ikhlas) :« Dis : II est Allah, Unique. Allah, le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. Il n 'a jamais engendré, n 'a pas été engendré non plus. Et nul n 'est égal à lui ».
Allah n'est point composé, il ne mange pas, ne boit pas, ne pleure pas, il n'est pas une créature, mais le Créateur, le vivant qui ne meurt jamais. Ecoutons Allah se définir luimême, et se faire connaître aux hommes : « C'est Allah. Nulle divinité autre que lui, le connaisseur de l'invisible tout
comme du visible. C'est lui, le Tout Miséricordieux, le très Miséricordieux. C'est lui, Allah. Nulle divinité autre que lui ; le souverain, le pur, l'apaisant, le rassurant, le prédominant, le Tout Puissant, le Contraignant, l'orgueilleux. Gloire à Allah ! Il transcende ce qu'il lui associent. C'est lui Allah, le créateur, celui qui donne un commencement à foute chose, le formateur. A lui les plus beaux noms, tout ce qui est dans les deux et la terre le glorifie. Et c'est Lui le Puissant, le Sage ». Coran 59.22 ( sourat alhachr) . Ce que je découvris de nouveau aussi c'est le monothéisme (Tawhid).

Il est la question centrale et primordiale dans l'Islam. Donner à Allah un associé (Chîrk) est le plus grand péché qui n'est point pardonné si la personne ne s'est pas repentie avant sa mort.
« Certes, Allah ne pardonne pas qu'on lui donne quelques associés. A part cela, II pardonne à qui II veut Mais quiconque donne à Allah quelques associés commet un énorme péché ».Coran 4.48
Le monothéisme est le message central d'Allah aux hommes et qui, par conséquent, unit toutes les révélations et les prophètes, c'est à cause -de cela qu'ils sont envoyés, pour rappeler les hommes à reconnaître un seul et unique créateur et de rendre un culte qu'à lui seul.
Nous n'avons envoyé avant toi aucun Messager à qui Nous n'ayons révélé : "Point de divinité en dehors de Moi. Adorez-Moi donc". Coran 21.25>> P. 18-19

<<Donc, après mes recherches, je découvris la réalité de l'Islam, je distinguais bien la réalité des
musulmans et ce qui était dit dans le Coran. Le prophète (P.S.L) avait eu bien raison de dire 14
siècle avant : Et le Messager dit : "Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose
délaissée !" Coran 25.30
Les musulmans ont réellement délaissé le Coran, leur guidance, leur lumière et leur vraie
source d'union et de vie.
A vrai dire, malgré que mon coeur et ma raison se réconfortaient au message de l'Islam, et malgré
que j'étais convaincu scientifiquement de la véracité du Coran, mais ce n'était pas facile pour moi
de me convertir. J'avais peur, l'expérience chrétienne m'avait fait apprendre à ne pas me précipiter
dans mes décisions, je me disais que peut-être il se produira avec l'Islam la même chose qui s'est
passée avec le christianisme, peut-être que dans quelques années encore je découvrirait l'invalidité
de l'Islam. Je voulais encore attendre.
Durant cette période, l'angoisse était toujours dans mon coeur, plus j'avançais dans mes
recherches, plus je découvrais que ma conversion au christianisme était la plus grande erreur
commise dans ma vie. Je me disais que j'avais perdu trois ans dans le mensonge. Et puis il y avait
cette lourde responsabilité comme le poids d'une montagne que je ressentais vis-à-vis des gens
dont j'avais été la cause de leur conversion au christianisme. Comment allais-je les convaincre de
mon erreur et de la leur ? Et si l'un d'eux mourrait sur cette foi sans que je l'avertisse, quelle sera ma responsabilité devant Allah ? Encore, il y avait, avant tout, cette honte et cette culpabilité que je ressentais envers Allah, le Tout Puissant, par le fait que je l'avais réellement blasphémé en Lui
donnant un associé et un fils ! Un jour, en pensant à toutes ces choses, je levais mes yeux au ciel' en pleurant, je répétais du fond de mon coeur les mots de Jonas (P.S.L) que j'aimais tant :
Pas de divinité à part Toi ! Pureté a Toi ! J'ai été vraiment du nombre des injustes Coran 21.87>>  P. 23

<<J'avais passé un long moment dans la supplication, et après je m'endormis les larmes aux
yeux. Au cours de mon sommeil, j'eus cette vision :« Je me voyais debout entrain de fixer une
mosquée qui était à peu près à 15 mètres de moi. Il y avait un silence comme celui d'une tombe,
j'étais seul, mes yeux ne quittèrent point la mosquée. Soudainement, une force invisible me prit et
me ramena à la vitesse de la lumière, et je me retrouvais à l'intérieur de la mosquée ! »
Je me réveilla en sursaut sous le choc, j'étais très effrayé. Je réalisais que c'était, sans
doute, Allah qui exauça mes implorations à travers cette vision. Je ne pouvais prononcer un mot, il y avait en moi une inexprimable sensation, je me rendormis en pleurant.
Soubhane Allah ! voilà donc une confirmation spirituelle venant d'Allah qui s'ajoutait à mes
confirmations scientifiques de la véracité du message Coranique.
J'avais commencé par confesser la foi musulmane : « Pas de Divinité en dehors d'Allah, et
Mohamed est Messager d'Allah », et je décida de m'engager à suivre l'Islam, la vraie religion qui
mène à Allah, la religion de tous les prophètes et messagers.
Louange à Allah, quatre ans après et je suis toujours musulman. Chose remarquable ! Plus
j'approfondis ma connaissance de l'Islam, plus je rencontre la certitude et la clarté. Contrairement
au christianisme plus j'approfondissais ma connaissance plus le doute m'assaillait et l'ambiguïté
augmentait en moi.
Après ma conversion, je me dirigeais vers ceux dont j'avais été la cause de leur conversion au
christianisme et leur ai tout expliqué. Par l'aide d'Allah presque tous s'étaient "déconvertis", et même il y en avait qui s'étaient convertis à l'Islam grâce à Allah.
J'avais vu tous les chrétiens que j'avais connu, j'avais fait mon devoir devant Allah, celui de
les avertir du danger qui les guette, et celui de les prévenir de la vanité de leur espérance en
Jésus tel que présenté par le christianisme.
Je prie Allah de les guider à la vérité de l'Islam, tout comme II m'avait guidé, « Amin ».>> P. 24-25

<<Voilà donc ce que j'avais appris de mon expérience chrétienne. Maintenant qu'Allah, louange
à lui, m'a ouvert les yeux, je vois bien le plan de Satan. Je découvre maintenant que la joie et la
paix que j'éprouvais en étant chrétien, n'étaient qu'un ornement et une ruse de Satan pour m'égarer et égarer beaucoup de gens : [7:30] Al-Araf :parce qu'ils ont pris, au lieu de Dieu, les diables pour alliés, et ils pensent qu'ilssont bien-guidés !>> P. 34

<<Sachez-le, chers lecteurs, que l'Islam demeurera toujours debout, même si ses ennemis sont
nombreux, et Font toujours frappé par tout les moyens possibles, et ils continueront à le frapper
pour le faire fléchir, mais l'Islam est toujours vainqueur, parce que, tout simplement, II est la religion d'Allah, le Seigneur de l'univers !>> P. 40



Pour lire ce témoignage en ligne : http://www.aimer-jesus.com/kabyle.pdf

Pour lire ce témoignage en langue arabe : http://www.aimer-jesus.com/ar/waschristian.html

Puisse ALLAH ta'ala faire de nous des gens pieux, amine.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Amoureuse d'ALLAH 07/04/2010 19:16


Salam alykom
Bravo! Je vous félicite de tous mon coeur, (frère/soeur), votre blog est magnifique!
Je vous souhaite une bonne continuation enchaALLAH.
Qu'ALLAH vous protège de tous mal, vous guide et vous facilite votre vie, amine amine amine!
Salam alykom


Al Amazighi 10/04/2010 12:20



Salam 'aleykoum ma soeur,


Merci pour ton soutien, cela me touche beaucoup.


 


Salam